l'entretien des pleins par les vides

L’entretien des pleins par les vides propose d’explorer l’imaginaire de la figure du travailleur au sein du quartier Hochelaga-Maisonneuve. Par le détournement de certain codes liés au port de l’uniforme et des gestes y étant rattachés, des mises en scènes et des actions performatives sont rendues visibles. L’espace de diffusion de GHAM & DAFE de même que le quartier dans lequel il s’inscrit, deviennent ainsi terrains d’investigation à des interventions.

Par l’emploi de travaux reliés à l’entretien des lieux, un étroit dialogue de gestes avec l’espace construit donne à définir certains repères comme matière à l’apprivoisement.




Par immixtion à l’espace public, ces interventions viennent à créer des interstices qui laissent place au jeu et transforment l’expérience initiale des lieux investis. Ces actions ludiques et dépourvues d’efficience tentent de visiter l’idée d’une appropriation temporaire de l’espace. En jouant et déjouant certains codes liés à l’emploi de l’uniforme, le projet interroge la légitimation et l’autorité des gestes que peuvent octroyer le port de ce dernier. Le blanc et la subversion des usages liés aux matériaux et outils employés, deviennent une manière de traduire le paradoxe de l’inscription d’une certaine singularité à travers l’uniformité.

2018
3 impressions 24" x 36" sur tissu autocollant, tissu, peinture, bois, balais blanc, escabeau, tape à mesurer blanc, glacière, crayon, clés vierges, gants, eau, spatule, brosse à dents, pâte à modeler


le projet a été présenté lors de l'exposition : rien d'ordinaire, avec le collectif du doux soft club à GHAM & DAFE

crédits photos d’exposition et de performance : alignements




Tout droits réservés © marion paquette, 2022