siesta blue / doux soft club
2019
6 m x 7,5 m
tapis, tissus
oeuvre web : www.projetsiestablue.com
programmation web : Ottomata


Projet réalisé dans le cadre de la programmation 2018-2019, Verticale - centre d’artistes, Laval (QC), puis exposé dans le cadre de la biennale PERF - activation à AXENÉO7, Gatineau, (QC)

Siesta blue entre en dialogue avec des sites extérieurs de Laval par l’emploi d’un tapis protéiforme à poil bleu pâle. Le doux soft club déploie les formes et orchestre une série de gestes poétiques, en relation intime avec le site et le corps. Les tapis s’accumulent, se rangent en superposition, se redessinent et deviennent montagnes. Le projet est mené de manière clandestine, gardant secrets les lieux de ses interventions. Tout au long de l’été, les résultats de ces laboratoires performatifs sont diffusés en ligne uniquement. À travers cette perspective de jeu, une plateforme Web est créée et dévoile graduellement les inscriptions temporaires qui mènent à percevoir le paysage autrement. Le public est finalement invité à se réunir pour participer à l’expérience tangible du finissage performatif.

Les tapis protéiformes et praticables dissimulent la poussière, glissent les uns sur les autres, absorbent les récits et deviennent mémoire. Plus il y a de formes et de lieux, plus il y a de jeu, plus il y a de possibilités.

Une partie de la création et de le production de cette oeuvre a été rendue possible grâce au soutien de Verticale — centre d'artistes programmation 2018 — 19.



siesta blue : en synchrométrie
2019
6 m x 7,5 m
tapis, tissus, 7 impressions jet d’encre sur coton, mousse, gougeons de bois, 2 écrans HD

performance, durée : 30 minutes
crédits photo : Jonathan Lorange et Cléo Sjölander

vues d’expositions, crédits photo : alignements



Le mot sieste provient de l’espagnol « siesta » qui définit la sixième heure du jour — moment auquel ce temps de repos est communément pris. siesta blue s’avère une représentation matérielle de cet intervalle temporel voué au repos, et ce, au moyen d’un immense tapis protéiforme au poil soyeux d’un bleu pastel qui rappel avec subtilité la couleur du ciel. Le tapis, objet d’évocation par de nouvelles significations et fonctions, est ponctué de formes malléables, praticables et variables à ajouter ou retirer aléatoirement par le biais de gestes chorégraphiés. Il évolue ainsi en un dispositif performatif et collaboratif. Pour l’itération et la réactivation du projet précédemment entamé par le biais du centre d’artistes Verticale, le doux soft club propose le déploiement de cet objet domestique dans un lieu public ; celui de l’une des galeries d’AXENÉO7 qui, tour à tour, devient un espace physique et symbolique — poétique — servant d’assise à la (dé)construction du tapis majestueux. Cette siesta performative incite momentanément à la rêverie et à l’introspection par des mouvements méticuleux et silencieux. Les formes oniriques, sortes de nuages géométriques colorés, se décomposent et se recomposent individuellement ou collectivement par les quatre entités du club en des interventions formelles instantanées. La volupté visuelle engendrée par les corps qui arpentent l’espace modifie la perception de celui-ci et l’investit en entraînant, tout en douceur, des interactions avec les visiteurs — spectateurs. Graduellement, les pièces détachables du tapis se déplacent, s’accumulent, se dissimulent et se glissent les unes contre les autres en une délicate allégorie de la détente.




— Jean-Michel Quirion















Verticale — centre d'artistes programmation 2018 — 19
projetsiestablue.com






AXENÉO7  —  Biennale PERF : Activation
commissaires : Jean-Michel Quirion et Mathieu Marleau













© doux soft club, 2019
© marion paquette, 2019