rien d’ordinaire / doux soft club
2019

éditeur
doux soft club

textes
adjacences, Chantal Neveu, 2019
sans titre, Eve Laliberté, 2019

7 x 10 pouces
116 pages
édition de 45
reliure japonaise 
couverture : papier réalisé à base de fibres de jeans recyclé (Retailles) + découpe laser
papiers intérieur : Enviro100 Silk + Mohawk Superfine Eggshell I-Tone
inserts de coton + Étui de laine et polyester


En février 2018, le collectif présentait sa première exposition : rien d’ordinaire à GHAM & DAFE. En déterminant comme objet d’étude le vêtement dans son contexte, les artistes ont exploré les potentiels poétiques de la vie ordinaire du quartier Hochelaga-Maisonneuve. Différentes postures ont été rendues visibles, faisant de lui tant un outil d’exploration au jeu ou à l’infiltration qu’un vecteur d’histoires. Le vêtement déplié en quatre, vêtement un, celui de tous, le vêtement récit, le vêtement jonction, le vêtement kilomètre, tantôt abri ou affectif, en boule, cassé, collé, soudé, rigide, éponge, vivant, imprévisible; bref, le vêtement sensible.



le livre

Après une période d’incubation d’un an, rien d’ordinaire évolue vers la forme du livre d’artiste. Cette publication explore en photographies les potentiels performatifs de la figure d’exposition et traduit différents jeux de temporalités, détournements, manipulations et re-spatialisations. Lors du démontage de l’exposition, les artistes en ont profité pour opérer certains glissements dans la disposition des contenus. Cette mise en commun performative, ici rassemblée sous la forme du livre, permet la création de fenêtres sur de nouveaux motifs, déploiements et agencements entre les propositions.

Suivant ce désir de s’ouvrir à des perspectives plurielles, le club a invité deux auteures ayant visité l’exposition à se lier à sa structure le temps d’une collaboration. C’est au sein d’un climat de bienveillance et de complicité que les auteures Chantal Neveu et Eve Laliberté ont généreusement nourri le projet par leur vision. Elles ont été invitées pour leur sensibilité singulière et leur bagage d’écriture différent. À la suite de plusieurs échanges féconds, elles livrent en carnets distincts deux textes qui se juxtaposent doucement aux images du doux soft club.






© doux soft club, 2019
© les auteures, 2019
© marion paquette, 2019