comment les silences trouvent-ils écho

Comment les silences trouvent-ils écho se réalise lors d’une auto-résidence à Natashquan. Ce lieu rencontré à plusieurs reprises à l’occasion de visites annuelles chez mon père étant nouvellement habitant de la région, me mène à y développer divers projets.

Ici, l’objet lumière composé d’ouvertures se faufile à travers la taïga. La surface réfléchissante, membrane sensible, abrite une présence humaine et fait autant corps que paysage dans sa morphologie. Le projet invite à établir un dialogue poétique entre artificiel et naturel. Les textures du territoire se dessinant en écho à travers les fenêtres de la toile, réinventant temporairement la partition du paysage.




Mon intérêt se trouve à travers l’interaction paradoxale du sujet en relation avec son environnement. Une présence silence cherche à faire écho, dialoguer avec ce qui l’entour. Ses ouvertures permettent l'ancrage aux formes et textures du paysage, pourtant sa matérialité de lumière la laisse sans emprise sur le réel, par le contraste qu’elle impose.






2019
tissu réfléchissant, corde
1,70 m x 2,50 m
Artch – marché de l’art émergent, septembre, Montréal (QC)


→ Organe Magazine



crédits photos Michel Paquette et Marion Paquette
© marion paquette, 2019







impressions jet d'encre sur papier hahnemuhle mat, montage à sec sur composite d'aluminium

5 photographies différentes en édition de 2 au format 24" x 36"

6 photographies différentes en édition de 2, au format 18" x 27"
Tout droits réservés © marion paquette, 2022